mardi 30 juin 2009

Self-portrait

A l’origine, cette photo était destinée à illustrer un sujet
sur le pique-nique « années trente au château de Candé »…
La voilà détournée en self-portrait improvisé, inspiré
des très jolis self-portraits de Sophie.

lundi 29 juin 2009

La beauté selon Khalil Gibran

Alexandre Cabanel 1823-1889, Albeydé
~~~
"...Et la beauté n'est pas un désir mais une extase.
Elle n'est pas une bouche assoiffée ni une main vide tendue,
Mais plutôt un coeur embrasé et une âme enchantée."
Khalil Gibran

Grand Prix de Tours

C’était hier après-midi !
Par un beau dimanche ensoleillé place Jean Jaurès,
a eu lieu un grand rassemblement de vieilles voitures
à l’occasion du Grand Prix de Tours.
En voici une petite sélection coup de cœur !

dimanche 28 juin 2009

Festivités à Amboise

Le Château d'Amboise,
majestueux, dominant les festivités
ce 27 juin lors du Rendez-vous du patrimoine mondial.
***
Sur les quais de la Loire,
la fête bat son plein sous le chapiteau!
***
Le radeau "Liger",
fil rouge des 120 “Rendez-vous du patrimoine mondial”.
***
Sur l'autre rive, Amboise sous le regard protecteur de...
Léonard de Vinci!

samedi 27 juin 2009

Les Rendez-vous du patrimoine mondial à Amboise

Aujourd’hui ont lieu les
Rendez-vous du patrimoine mondial à Amboise.
De nombreuses festivités vont animer la ville dès le matin
et se poursuivre jusque tard dans la nuit.
Pour finir en beauté avec la projection, dans
un cinéma en plein air, du chef-d’œuvre de
Jean Cocteau “La Belle et la Bête”.
Voir le programme de la journée ici

vendredi 26 juin 2009

Saison de la migration vers le Nord, Tayeb Salih

"Et le fleuve, sans lequel il n’y aurait commencement ni fin, coule, invariable, vers le Nord ; et rien ne peut le dévier : une montagne le plie vers l’est, une dépression l’attire à l’ouest, mais, tôt ou tard, il est ramené à son irrévocable destinée, vers la mer, vers le Nord."

Extrait: « Nous partîmes. Je la sentais près de moi comme un halo de bronze, vivante et mystérieuse, une ville de volupté et de mystère. Heureux de la voir rire si facilement. On rencontre en Europe fréquemment ce genre de femme intrépide, gaie et curieuse de tout. Et moi, j’étais un désert de soif, plein de désirs fous. Comme nous prenions le thé, elle m’interrogea sur le Soudan. Je lui racontai des histoires invraisemblables de désert aux sables d’or, de forêts vierges retentissant aux cris d’animaux imaginaires, de capitales fabuleuses dont les rues s’animaient au passage de lions et des éléphants et où les crocodiles sortaient à l’heure de la sieste. Elle m’écoutait à moitié crédule. Elle riait, fermait les yeux, les pommettes colorées. Par moments elle m’écoutait religieusement, ayant aux yeux une compassion chrétienne. Je devins pour elle une créature primitive et nue de la jungle, armée de flèches et arcs à la main, guettant lions et éléphants. Parfait : la curiosité changea en connivence, puis en compassion. Et quand j’agiterais la dormante mare des profondeurs, je transmuerais la compassion en désir. J’allais pouvoir jouer d’elle à ma guise, comme d’un instrument de musique accordé à ma façon. »
~~~~~
Quatrième de couverture: Au jeune étudiant rentré au pays après un séjour en Europe, Moustafa Saïd entreprend de raconter son histoire : celle d’un destin déchiré entre la vie immémoriale de l’Afrique et le mouvement de l’Occident.
Moustafa Saïd en effet a passé de nombreuses années en Angleterre, où il a mené des études brillantes, séduit de nombreuses femmes, provoqué le suicide de deux d’entre elles, brisé le mariage d’une autre… Sur sa vie plane une ombre de mystère.
Peu de temps après son récit, inachevé, il meurt noyé dans le Nil, alors qu’il était un excellent nageur : son confident tentera dès lors de remonter le cours d’une vie complexe, de comprendre qui fut réellement le fascinant Moustafa Saïd, et c’est avec une science dramatique extrême que l’auteur distille les éléments de cette envoûtante enquête.
Tayeb Salih est né en 1929 dans le Nord du Soudan. Après des études à Khartoum et à Londres, il a dirigé le département arabe de la BBC, puis les services de l’information au Qatar, et exercé les fonctions de conseiller à l’Unesco.
~~~~~
Hommage: Aujourd’hui, je souhaite rendre hommage à Tayeb Salih décédé la nuit du 17 au 18 février 2009, un des plus grands écrivains contemporains du monde arabe. Il a publié en 1966, Saison de la migration vers le Nord (Mawssim al-hijra ila ashamal), traduit de l’arabe par Abdelwahab Meddeb et Fady Noun, un roman considéré comme un grand classique de la littérature arabe moderne. Ce petit livre que j’ai acheté à l’annonce du décès de Tayeb Salih, il y a quelques semaines, et que je viens juste de lire est un chef d’œuvre qui ne peut laisser indifférent, qu’on soit originaire du « Nord » ou du « Sud ». Le grand choc des cultures est toujours d’actualité et ce roman dont la poésie et la sensualité (le roman a été censuré à sa sortie au Soudan) en font une œuvre qui n’a pas pris une ride depuis plus de quarante ans. A lire et relire sans modération…
Pour en savoir plus sur l'auteur, ici ou

jeudi 25 juin 2009

Félicitations Nicolas!

Avec ces quelques roses de mon jardin,
je partage la joie de mon amie Ziwa
et félicite Nicolas pour son passage en math spé !
En attendant de fêter cette très belle réussite jeudi prochain !

mercredi 24 juin 2009

Schmiedstube Zofingen

Si vous prenez la route entre Bâle et Lucerne, n’hésitez pas à vous arrêter à Zofingen, une charmante petite bourgade au décor pittoresque et à la gastronomie des plus raffinées.
Prenez le temps de faire une halte au restaurant Schmiedstube Zofingen. Le chef vous propose une carte au choix limité et met à profit son savoir faire dans la qualité et la subtilité des saveurs. Après le plat principal, « Crevettes grillées à la mousse de homard aux épinards et pommes de terre sautées », il a quitté sa cuisine pour venir lui-même s’enquérir du bien-être de chacun et proposer son dessert du jour, une croustillante et originale tarte aux fraises !

mardi 23 juin 2009

La beauté selon Boris Vian

Sir Frank Dicksee 1853-1928, Le miroir
***
«Ça m'est égal d'être laide ou belle.
Il faut seulement que je plaise aux gens qui m'intéressent.»
Boris Vian- L’Herbe rouge

***

lundi 22 juin 2009

Un Award aux couleurs marines

Ce joli Award aux couleurs marines m’a été gentiment
offert par mon amie Karine de la très jolie
Toile de Candide
Merci beaucoup ma chère karine pour
ton amitié sincère!!
***
Je l’offre à mon tour avec grand plaisir à
***
Martine pour son très joli
***
Christyn pour son très coloré
***
et enfin à la jeune Sara qui vient juste d'avoir 11 ans
pour son incroyable et magnifique blog qui porte son nom
***

Premio 7 cosas

Premio 7 cosas
Ce tag m'a été envoyé d’Andalousie, u
ne région
d’Espagne que j’affectionne depuis mon enfance!
~~~~~~~~~~
Le jeu consiste à citer 7 points caractéristiques de ma personne.
Puis transmettre le relais à 7 autres blogueurs
qui pourront, à leur tour, participer au jeu ( s'ils le souhaitent).
~~~~~~~~~~
Pendant mes années au lycée, j’ai eu le privilège d’être l’élève de monsieur Edmond Valès, mon professeur de dessin, peintre reconnu dans le monde de la peinture orientaliste. Ce qui explique pour beaucoup ma passion pour la peinture.
***
Je n’ai jamais lu de bande dessinée. Je suis hermétique à ce genre littéraire et artistique, mais je prends plaisir à offrir des BD autour de moi.
***
Je suis allergique au froid et ce n’est pas une boutade !
***
Née dans le pays des contrastes et des couleurs, j’aime les tissus chamarrés et chatoyants. Eté comme hiver, j’aime porter de la couleur, ce qui me vaut d’être une adepte inconditionnelle de Sonia Rykiel.
***
J’aime le thé noir au jasmin et le thé vert à la menthe, rien de plus banal! Mais je leur préfère le café dont je bois plusieurs tasses par jour, jusque tard dans la nuit.
***
J’évite de prendre les petites routes de haute montagne car je suis sujette au vertige. Ce mal handicapant me gâche souvent le plaisir de visiter les sites panoramiques.
***
La musique peut m’émouvoir aux larmes ! Petit clin d’œil à Sophie.
~~~~~~~~~~~~
Je transmets le relais à
***
Eliza, Angelthim
Mari Carmen, Vida y Sendero
Angela, Hello!

samedi 20 juin 2009

Fête de la musique

Après une réception donnée ce matin à l'occasion de jumelages,
les festivités vont se poursuivre dans notre petite ville,
avec à 23h le traditionnel feu de la saint Jean, suivi de
l'incontournable bal de la fête de la musique.
Ma fille participe comme tous les ans
à cette animation avec l'orchestre!
Mais le fond de l'air et frais et
le ciel chargé de nuages menaçants...

vendredi 19 juin 2009

jeudi 18 juin 2009

Petit retour à Bâle

Embarquement immédiat pour une traversée du Rhin!
Réponse au petit clin d'oeil que me fait Martine
sur son très joli blog Patchwork dans un jardin

mercredi 17 juin 2009

Gâteau pour la fête des papas

Bonne fête à tous les papas
*****
Ingrédients : 150g de chocolat fondant, 6 œufs, 250g de sucre, 100g de farine, 200g de beurre, 1/2 sachet de levure en poudre. Pour le glaçage : 125g de chocolat fondant,100g de crème fraîche.
Préparation : Cassez le chocolat en petits morceaux, faites-les fondre doucement au bain-marie. D'autre part, séparez les blancs d'œufs des jaunes, travaillez ceux-ci avec le sucre. Ajoutez la farine tamisée, le beurre ramolli divisé en petits morceaux, puis la levure. Terminez en incorporant délicatement les blancs d'œufs battus en neige.Versez la pâte dans un moule à cake de 27 cm de long sur 10 de hauteur, tapissé de papier d'aluminium beurré. Le moule ne doit être rempli qu'aux trois quarts, car la pâte gonfle en cuisant. Faites cuire à four moyen (180-200°C) pendant 45 mn en couvrant le gâteau d'une feuille de papier d'aluminium en fin de cuisson. Démoulez et laissez refroidir sur une grille.Préparez le glaçage: cassez le chocolat en petits morceaux et laissez-les fondre au bain-marie, puis ajoutez la crème fraîche. Le mélange et versé tiède sur le gâteau à garnir.Selon mon humeur, je parfume le glaçage avec 3 cuillères à soupe de rhum, ou bien quelques zestes d'orange ou bien encore quelques zestes de gingembre râpé. Et enfin décorez avec des petits coeurs en chocolat!
**********

mardi 16 juin 2009

La danse des abeilles

" Nous sommes les abeilles de l'Univers.
Nous butinons éperdument le miel du visible pour
l'accumuler dans la grande ruche d'or de l'invisible."
Rainer Maria Rilke

lundi 15 juin 2009

Entre les bruits, Belinda Cannone

« … il faudrait parvenir au bout de la vie avec le sentiment
d’une conclusion atteinte et non d’une interruption,
achever son existence dans l’exténuation des désirs
et ainsi mourir dans la sagesse et non dans l’effroi,
paisiblement. »
~~~~
Jodel possède une acuité auditive hors du commun, il entend absolument tout. Cette hypersensibilité aux bruits dont il subit les agressions jour et nuit et qui l’oblige à vivre en retrait, est en même temps son outil de travail. En effet, son métier consiste à décrypter des enregistrements sur bandes magnétiques pour le compte d’un laboratoire qui travaille en étroite collaboration avec les services de police.
Sa vie est chamboulée le jour où il rencontre Jeanne, une fillette de 11 ans atteinte d’hyperacousie comme lui. Cette ressemblance qui les rapproche, fait naître une grande complicité entre eux. Jodel se prend immédiatement d’affection pour cette petite fille et se charge de lui apprendre à gérer, à reconnaître, à trier et à ordonner dans l’espace ces informations sonores qu’ils sont bien conscients d’être seuls à entendre.
Un roman admirablement écrit et très agréable à lire. J’ai aimé me perdre dans cette extravagante intrigue policière. J’ai savouré la poésie, la musique et la sensualité des personnages atypiques et peu ordinaires de ce dernier roman de Belinda Cannone.
Je ne peux pas parler de ce livre sans évoquer la charmante personne qui me l’a offert. Merci ma chère Karine pour ce roman que tu m’as offert un beau dimanche ensoleillé, et que j’ai eu grand plaisir à lire. Merci pour ces moments d’émotions partagées, ce même dimanche, pendant la visite de cette fabuleuse et inoubliable exposition Lippi au Musée du Luxembourg ! Merci pour ces délicieuses et inespérées rencontres avec Delacroix, Ingres, Zweig au Jardin du Luxembourg! Merci surtout pour ces fabuleux voyages empreints de poésie que je découvre tous les vendredis sur ton blog ainsi que pour les surprises que tu me fais sur ta si jolie Toile de Candide !
~~~~
Extrait
« Au début, elle ne se servait de cette langue que lorsqu’elle était couchée, au réveil et le soir avant de s’endormir. Elle identifiait dans la maison la voix de sa mère, la radio, les insectes et les petits animaux, mais elle était fâchée de ne pas savoir nommer d’autres bruits qu’elle reconnaissait, le long des tuyaux et sur le toit, derrière les vitres, dans l’air du soir ou du petit matin, mille sonorités qui lui étaient devenues familières bien qu’elle ne sût leur attribuer ni origine ni nom. A quoi servait d’entendre autant si elle n’avait pas de mots pour le dire- se le dire ? Elle avait donc inventé cette langue enrichie, au fil du temps, de bruits du plein jour. Il arrivait souvent qu’elle oublie le nom d’un bruit éphémère qui ne s’était jamais reproduit, ou au contraire qu’il lui reste le nom mais plus la mémoire du son. Le grouitche, le zblune, la zzzirète, le traillement comptaient parmi les plus classiques : grande fréquence. Mais elle n’avait entendu qu’une fois le rouize et ne se rappelait même plus à quoi il ressemblait. C’est pourquoi tout à l’heure, alors qu’elle travaillait avec beaucoup d’application pour qu’il ne se décourage pas, dès que lui est revenu ce souvenir de langue inventée, elle s’est amusée, yeux grand fermés, à créer des noms pour les bruits de la forêt qu’elle distinguait. »
~~~~

~~~~

Ombres et lumières

Un amour de petit personnage croisé au pied d'un escalier
du château du Haut Koenigsbourg!

vendredi 12 juin 2009

Guy de Maupassant, La danse

"Leur danse est une marche douce que rythme un coup de talon faisant sonner les anneaux de pieds. A chacun de ces coups, le corps entier fléchit dans une sorte de boiterie méthodique ; et leurs mains, élevées et tendues à la hauteur de l’œil, se retourne, doucement à chaque retour du sautillement, avec une vive trépidation, une secousse rapide de doigts. La face un peu tournée, rigide, impassible, figée demeure étonnamment immobile, une face de sphinx, tandis que le regard oblique reste tendu sur les ondulations de la main, comme fasciné par ce mouvement doux, que coupe sans cesse la brusque convulsion des doigts. Elles vont ainsi, l’une vers l’autre. Quand elles se rencontrent, leurs mains se touchent ; elles semblent frémir ; leurs tailles se renversent, laissant traîner un grand voile de dentelle qui va de la coiffure aux pieds. Elles se frôlent, cambrées en arrière, comme pâmées dans un joli mouvement de colombes amoureuses. Le grand voile bat comme une aile. Puis, dressées soudain, redevenues impassibles, elles se séparent ; et chacune continue jusqu’à la ligne des spectateurs son glissement lent et boitillant."
*******
Extrait : Guy de Maupassant 1850-1893, Carnets de voyage, Au soleil
Illustration : Otto Pilny 1866-1936, Danseuse au tambourin 1909, Gallery Keops, Genève

jeudi 11 juin 2009

mercredi 10 juin 2009

Félicitations ma petite fille!

Un feu d'artifice et une explosion de joie en l'honneur de ma fille
qui vient d'apprendre son passage en 1ère S avec
les félicitations de ses professeurs!

Un dimanche à Cheverny

Dimanche 7 juin, j'ai assisté à la vente aux enchères
organisée à l'Orangerie du
Château de Cheverny par Maître Rouillac.
La salle était comble et le commissaire priseur épaulé de son fils
ont fait monter les enchères ainsi que la pression dans l'assistance.
Des tableaux et du très beau mobilier provenant de
demeures tourangelles ont été dispersés dans l'après-midi.
Mes coups de coeur se sont portés sur le lot n°48,
un tableau de Paul Baudry intitulé Allégorie de la Musique,
et sur le lot n°58 un tableau de Charles Edouard Elmerich
intitulé Femmes au chevalet en extérieur.
~~~~
Pour plus de détails voir l'article de
~~~~
La Bugatti bleue de Tintin adjugée 100 000€ la veille.

lundi 8 juin 2009

Château du Haut-Koenigsbourg

Sa silhouette majestueuse, chargée d’histoire et fière
domine la plaine rhénane à plus de 700m d’altitude.
~~~~
Laissé à l'abandon pendant plus de deux siècles,
le château du Haut Koenigsbourg
renaît de ses ruines comme le Phénix de ses cendres.
Restauré au début du XXe siècle,
il conserve un aspect sobre et austère du château féodal.

~~~~ Blason de Guillaume II à l’entrée du château.
~~~~
La tour néogothique permet l’accès à la salle des fêtes
et aux appartements.
~~~~
Dans la salle d’arme, le kokelhof poêle en faïence
typique de la région.
~~~~
Du haut des tours, la visite se termine par
ne vue imprenable sur la plaine rhénane !
Le site: Château du Haut Koenigsbourg.

dimanche 7 juin 2009

Bonne fête des mères

L'artiste et sa fille Julie ou La Tendresse maternelle, 1786
~~~~~~~~~~
Bonne fête à toutes les mamans !!

vendredi 5 juin 2009

Fraises au chocolat blanc

Lavez délicatement une vingtaine de grosses fraises sans les équeuter, puis posez-les sur du papier absorbant. Pendant ce temps, faites fondre 150g de chocolat blanc au bain-marie ou au four à micro-ondes. Trempez les fraises une à une dans le chocolat, posez sur une grille et placez dans le réfrigérateur pendant une demi-heure. Disposez dans un plat et bon appétit !

jeudi 4 juin 2009

Rencontre avec Irène Frain

Mardi 2 juin, la Boîte à livres recevait Irène Frain
pour son dernier roman Les naufragés de l’île Tromelin.
Irène Frain qui a reçu en avril dernier pour ce roman,
Le grand prix Palatine du Roman Historique.
Une rencontre littéraire dans le salon de thé l’Escale.
Un public nombreux, une majorité féminine.
Un exposé-débat sur l’écriture, l’île Tromelin et
le roman Les naufragés de l’île Tromelin.
Puis au moment de la dédicace, l’agréable surprise de constater
qu’Irène Frain se souvenait de notre précédente
rencontre au Salon du livre à Paris.

mercredi 3 juin 2009

Zum Braunen Mutz Basel

L'enseigne du Zum Braunen Mutz
~~~
Situé en plein centre de Bâle, ce restaurant-brasserie
vous accueille d'emblée avec sa très belle façade
décorée de fresques en grisailles.
Une carte variée, des plats copieux et une cuisine soignée.
Je vous conseille l'assiette:
Filets de poissons frits, sauce Tartare, Bouquet de
salade au balsamique et Pommes rissolées.

mardi 2 juin 2009

La beauté selon Bernard Werber

"La beauté c'est quelque chose dans le regard
qui exprime l'intelligence, et l'intelligence c'est
quelque chose dans le regard qui exprime la beauté."
Bernard Werber
*****
Illustration: Léon Herbo 1850-1907, Jeune fille au foulard

Douze ans déjà

Un 21 juin, jour le plus long et jour de fête des pères,
tu es parti.
Ne me reste que des souvenirs heureux et
ton rire joyeux qui résonne à chaque instant dans mon cœur.
Et pour ceux qui t’ont connu, tant de symboles sur cette affiche.
~~~~~~~
Illustration: Mattéo Brondy 1866-1944, Foire de Meknes

Tours sur Loire

Paris a sa plage sur les quais de la Seine...
Pour la 5ème année consécutive,
Tours installe sa guinguette sur les quais de la Loire,
pour un petit air de fête du 20 mai au 20 septembre.
Le programme de l'été 2009: Tours sur Loire.
«Trois opérations : Voir, opération de l’œil. Observer, opération de l’esprit. Contempler, opération de l’âme. Quiconque arrive à cette troisième opération entre dans le domaine de l’art.» Emile Bernard